TDAH & Microbiome | Axe intestin-cerveau

31 Janvier 2023 19:00
Visites: 1195

Microbiote cerveau TDAH

La science nous apprend que les micro-organismes présents dans l'intestin humain (c'est-à-dire le microbiome intestinal) ont un impact de plus en plus reconnu sur la santé humaine, y compris le fonctionnement du cerveau. Le trouble déficitaire de l'attention/hyperactivité (TDAH) est un trouble neurodéveloppemental associé à des anomalies de la neurotransmission de la dopamine et à des déficits du traitement de la récompense et de ses circuits neurologiques sous-jacents, y compris le striatum ventral. Le microbiome pourrait contribuer à l'étiologie du TDAH via l'axe intestin-cerveau. Une étude récente a étudié les différences potentielles dans le microbiome entre les cas de TDAH et les témoins non diagnostiqués, ainsi que sa relation avec le traitement neuronal de la récompense. Les résultats montrent des augmentations de la fonction prédite par le microbiome intestinal de la synthèse des précurseurs de la dopamine entre les cas de TDAH et les témoins. Cette augmentation de la fonction du microbiome est liée à une diminution des réponses neuronales à l'anticipation des récompenses. La diminution de l'anticipation de la récompense neuronale constitue l'une des caractéristiques du TDAH.

 

Lors de cette intervention, le Dr. D’Oro expliquera plus précisément les dernières avancées sur la recherche des interactions entre le microbiome et le cerveau dans le TDAH. Ensuite, il proposera des alternatives documentées scientifiquement, qu’elles soient d’ordre nutritionnel ou autres, ayant toute leur valeur comme alternative (ou en association) à un traitement médicamenteux.

 

Les thèmes suivants seront successivement abordés par le Dr. D’Oro :

  • Prévention en période de gestation
  • Carence en minéraux & en acides gras de type Oméga 3
  • Intolérances alimentaires
  • Hypersensibilité aux produits chimiques
  • Ecosystème intestinal perturbé
  • Qualité du sommeil
  • Perturbation du système nerveux autonome

Bien que le TDAH demeure un trouble neurodéveloppement (TND) complexe dont l’origine est plurifactorielle, des pistes pour améliorer la qualité de vie méritent que nous nous y attardions.

Nous rappelons que les symptômes du TDAH se soignent la plupart du temps par une approche multimodale. L’hygiène de vie comme, notamment, les recommandations nutritionnelles en adéquation avec les besoins de la personne font partie intégrante des soins possibles et visant à diminuer les impacts fonctionnels du TDAH.

 

 

Intervenant : 

 

Dr. Antonello D'oro

  • Médecin spécialiste en Rhumatologie (FMH), diplômé en pathologie du sport et médecine manuelle
  • Diplôme Inter Universitaire « Alimentation-Santé et Micronutrition » Université de Dijon 2005
  • Diplôme en médecine fonctionnelle et nutritionnelle (2006 à 2009). Enseignement du Professeur Castronovo, Paris
  • Cours en Neuronutrition auprès du SIIN (Prof. Coudron)
  • Attestation de « SIBO Practitioner  » 2018 auprès de la Dr Jacobi
  • Formation analyse du Microbiote en 2018 auprès du Dr Jason Hawrelak
  • etc…

Le Dr D’Oro prend conscience que la médecine se centre uniquement sur la maladie et ne se pose pas de questions sur l’individu et son environnement. Progressivement, il s’intéresse au rôle de l’alimentation et du stress sur la santé et deviens de plus en plus convaincu que l’émergence de la maladie est favorisée par nos habitudes de vie, notre environnement et nos vécus émotionnels. En 2005, le Dr. D’Oro se diplôme en micronutrition et alimentation santé qui lui fournit les bases pour mieux comprendre l’impact de l’alimentation sur la santé.

  

Mardi 31 janvier 2023

L'événement aura lieu en distanciel selon les conditions sanitaires du moment. 

Public :  Parents, professionnels de l'école et de l'éducation, personnes touchées et toutes autres personnes intéressées ou curieuses d'en savoir davantage


Prix :
CHF  10.00 Membre ASPEDAH 
CHF  30.00 Non-membre
CHF  50.00 Professionnel*

*avec attestion



Début de la conférence : 19h00

Paiement :  Stripe / Carte de crédit  (Les paiements par TWINT sont considérés comme des dons car ils ne sont pas nominatifs et ne font donc pas office de paiement des activités)

Attention : enregistrement de la participation via le site internet ASPEDAH obligatoire pour valider l'inscription.  

 


Pour aller plus loin :

Données probantes actuelles sur le rôle du microbiome intestinal dans la physiopathologie du TDAH et les implications thérapeutiques

 

Des études suggèrent que la relation bidirectionnelle existant entre le microbiome intestinal (GM) et le système nerveux central (SNC), ou ce que l'on appelle l'axe microbiome-intestin-cerveau (MGBA), est impliquée dans diverses maladies neuropsychiatriques chez les enfants et les adultes. En âge pédiatrique, la plupart des études se sont concentrées sur les patients autistes. Cependant, les preuves du rôle joué par le MGBA dans le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH), le trouble neurodéveloppemental le plus courant chez l'enfant, sont encore rares et hétérogènes. Cette revue vise à fournir les preuves actuelles sur le fonctionnement du MGBA chez les patients pédiatriques atteints de TDAH et le rôle spécifique des acides gras polyinsaturés oméga-3 (ω-3 AGPI) dans cette interaction, ainsi que le potentiel du MG en tant que cible thérapeutique du TDAH. Nous explorerons : (1) les diverses voies de communication entre le GM et le CNS ; (2) changements dans la composition des GM chez les enfants et les adolescents atteints de TDAH et association avec la physiopathologie du TDAH ; (3) influence du GM sur le déséquilibre en AGPI ω-3 caractéristique du TDAH ; (4) interaction entre le GM et la régulation du rythme circadien, car les troubles du sommeil sont fréquemment associés au TDAH ; (5) enfin, nous évaluerons les études les plus récentes sur l'utilisation des probiotiques chez les patients pédiatriques atteints de TDAH. 

Mots-clés : microbiome gastro -intestinal ; TDAH ; rythme circadien ; acides gras ; oméga-3 ; probiotiques

 (...)

3. Axe microbiote-intestin-cerveau et trouble déficitaire de l'attention et/ou hyperactivité (TDAH)

3.1. TDAH : aspects cliniques et physiopathologiques

Le TDAH est le trouble neurodéveloppemental le plus courant chez les enfants et les adolescents, affectant 5 % des personnes de moins de 18 ans [ 104 , 105 ]. Elle se caractérise par la présence permanente et invalidante d'inattention et/ou d'hyperactivité et d'impulsivité. Ces principaux symptômes doivent apparaître avant l'âge de 12 ans conformément aux nouveaux critères diagnostiques (DSM-5) [ 106 ]. L'évolution de ce trouble est variable et certains symptômes peuvent persister à l'âge adulte dans environ 40 à 60 % des cas [ 107]. Le TDAH a un impact sur de nombreux aspects du bien-être d'un individu, y compris la santé physique et le fonctionnement scolaire, social et professionnel. Il est fréquemment comorbide avec d'autres conditions psychiatriques et neurologiques, telles que les TSA, les troubles de l'humeur, l'épilepsie ou les problèmes de sommeil, créant un fardeau important pour l'individu, sa famille et la communauté [ 108 ]. Les psychostimulants, et en particulier le méthylphénidate (MPH), représentent le médicament de première intention des cas modérés et sévères de TDAH chez les enfants à partir de 5 ans et chez les patients jeunes [ 109 ]. Son efficacité réside principalement dans l'augmentation des taux extracellulaires de DA et de noradrénaline (NE) [ 110], bien qu'il ait des effets supplémentaires sur d'autres systèmes de neurotransmetteurs également impliqués dans la physiopathologie du TDAH, tels que 5-HT [ 111 ] et même Glu [ 112 ]. Cependant, l'utilisation à long terme des psychostimulants est souvent limitée par une mauvaise observance et des problèmes de tolérabilité dérivés de la combinaison d'effets indésirables, de la stigmatisation liée au TDAH et de la résistance sociale aux médicaments, en particulier chez les adolescents [ 113 , 114 ].
De nombreux facteurs étiologiques ont été attribués au TDAH : facteurs génétiques, qui représentent environ 70 à 80 % [ 115 ] ; et divers facteurs environnementaux, dont des facteurs périnatals (prématurité, faible poids à la naissance) et des déterminants psychosociaux (adoption, négligence envers l'enfant) [ 116 , 117 , 118 ]. La physiopathologie du TDAH n'est pas encore clarifiée. Les symptômes du TDAH sont associés à des déficits des fonctions exécutives, telles que l'inhibition comportementale, la mémoire de travail, le changement de décor, la planification et l'organisation [ 119 ]. La base neuroanatomique de cette atteinte est traditionnellement localisée dans le cortex préfrontal [ 120 , 121]. Cependant, plusieurs grands réseaux de neurones ont également été impliqués dans le TDAH récemment, en particulier le système mésolimbique dopaminergique, qui est associé à des comportements motivés, à des résultats anticipés et à un apprentissage renforcé [ 108 , 119 ]. En fait, il a été suggéré que l'altération du système de neurotransmission catécholaminergique pourrait être le principal facteur physiopathologique du TDAH [ 122 , 123 ].
De nos jours, il existe de plus en plus de preuves que les facteurs étiologiques susmentionnés et le dysfonctionnement catécholaminergique peuvent conduire à un état neuronal principalement caractérisé par un stress oxydatif et une inflammation, ce qui pourrait perpétuer les altérations neurochimiques responsables du TDAH [ 124 ]. Des niveaux accrus de marqueurs de stress oxydatifs et nitrosatifs (NO), ainsi qu'une diminution des concentrations d'antioxydants, ont été trouvés dans le TDAH [ 125 , 126 ]. De plus, une altération du nombre et de la fonction des mitochondries dans les neurones dopaminergiques a été rapportée chez des individus atteints de TDAH par rapport à des témoins [ 127 , 128]. Une dérégulation de la fonction mitochondriale provoque une production incontrôlée d'espèces réactives de l'oxygène (ROS) et d'espèces réactives de l'oxygène et de l'azote (RONS), qui sont des sous-produits des réactions oxydatives conduisant à la production d'adénosine triphosphate (ATP) [ 129 ]. Des niveaux excessifs de ROS/RONS nuisent à l'intégrité des neurones en oxydant les acides gras polyinsaturés (AGPI) qui constituent leurs membranes, ainsi qu'en altérant les mécanismes apoptotiques. Les ROS/RONS provoquent également l'activation de la microglie et la libération de cytokines inflammatoires et de la famille des récepteurs de type NOD (nucléotide-liaison et oligomérisation), domaine pyrine contenant 3 (NLRP3) inflammasome, créant un cercle vicieux [ 130 , 131 ] . En fait, Oades et al. 132] ont rapporté des niveaux élevés d'interleukines inflammatoires IL-16 et IL-13 chez des enfants atteints de TDAH, qui seraient respectivement associés à des symptômes hyperactifs-impulsifs et à l'inattention.
 

3.2. Profils microbiens intestinaux différentiels chez les patients atteints de TDAH : association avec les symptômes et les implications physiopathologiques

Aart et al. 133 ] ont été les premiers auteurs à signaler des différences de composition microbienne chez de jeunes adultes néerlandais atteints de TDAH en utilisant le séquençage de nouvelle génération de l'ADNr 16S dans des échantillons fécaux. Aucune différence significative dans la diversité alpha (au sein de l'échantillon), qui explique la richesse des espèces, ou la diversité bêta (entre les échantillons), qui indique des différences de diversité entre les deux cohortes, n'a été trouvée entre les patients atteints de TDAH et les témoins sains. Cependant, au sein du phylum Actinobacteria, le genre Bifidobacterium a été significativement augmenté dans la cohorte TDAH. Les auteurs ont également prédit la fonction des gènes bactériens en relation avec les voies métaboliques impliquées dans la synthèse de la phénylalanine, de la tyrosine et du tryptophane. Fait intéressant, l'abondance relative dans le genreBifidobacterium a été corrélé à une augmentation significative de l'enzyme cyclohexadiényl déshydratase (CDT), qui est impliquée dans la synthèse d'un précurseur dopaminergique (phénylalanine). Dans un sous-ensemble de 28 participants, indépendamment du diagnostic, Aarts et al. ont également effectué une analyse d'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour corréler les différences de composition microbienne avec les réponses de récompense neurale. Ils ont observé une association négative entre l'abondance relative de CDT et les réponses d'anticipation de récompense dans le striatum ventral bilatéral. L'anticipation des récompenses, qui dépend de la neurotransmission DA [ 134 ], est cruciale pour diriger les actions vers des stimuli positivement équilibrés et a été signalée comme étant réduite chez les patients atteints de TDAH [ 135]. Aart et al. ont souligné que la composition différentielle du microbiome trouvée entre les patients atteints de TDAH et les témoins dans leur étude peut expliquer les réponses d'anticipation de récompense altérées, qui est une caractéristique neurale du TDAH. La nouveauté de cette étude résidait dans le fait qu'elle représentait le premier rapport sur une capacité génétique du microbiome intestinal à avoir un impact sur les voies métaboliques dopaminergiques chez les patients atteints de TDAH. Cependant, les résultats doivent être interprétés avec prudence en raison de plusieurs limites : premièrement, l'écart d'âge entre les témoins et les cas (27,1 vs 19,5 ans en moyenne), ainsi que les différences de taille des échantillons (témoins = 77 participants ; sujets TDAH = 17 malades); deuxièmement, la prise de médicaments par les patients atteints de TDAH n'a pas été rapportée en détail ; troisièmement, les différences entre les groupes par rapport aux facteurs de confusion potentiels, tels que les habitudes alimentaires ou la prise d'antibiotiques, qui auraient pu influencer les différences constatées, n'ont pas non plus été mentionnés ; enfin, l'inclusion de frères et sœurs de patients TDAH non affectés dans le groupe aurait pu affecter la représentativité du groupe témoin. Le microbiome intestinal des frères et sœurs des patients atteints de TDAH pourrait exprimer un phénotype intermédiaire entre les patients et les témoins non apparentés. Par conséquent, il peut ne pas représenter un groupe de référence approprié pour la comparaison [136 ].
Afin d'éviter l'interférence potentielle des médicaments pour le TDAH, Jiang et al. 137 ] ont analysé la composition microbienne d'un groupe de 51 enfants TDAH naïfs de traitement et l'ont comparée à une cohorte de 32 témoins sains. Aucune différence significative dans la diversité alpha ou bêta n'a été trouvée entre les groupes, mais une concentration significativement plus faible du genre Faecalibacterium (de la famille Ruminococcaceae) a été signalée dans le groupe TDAH. Ces auteurs ont également trouvé une association négative entre l'abondance de Faecalibacterium et les rapports parentaux de symptômes du TDAH. Fait intéressant, de faibles niveaux de Faecalibacterium ont été signalés dans des maladies atopiques telles que l'asthme, l'eczéma et la rhinite allergique [ 138], qui semblent être indépendamment associés au TDAH [ 139 ]. Jiang et al. ont expliqué que les différences entre leurs résultats et ceux obtenus par Aarts et al. 133] pourrait être due à des différences d'âge des patients et de régime alimentaire : le régime chinois par rapport au régime alimentaire occidental typique riche en graisses. La principale limite de l'étude menée par Jiang et al. était précisément sa conception transversale, qui empêchait les auteurs de tirer des conclusions sur la causalité. En revanche, la méthodologie de cette étude était robuste en termes de sélection et de comparabilité entre les échantillons de l'étude : aucune différence significative en termes d'âge, de sexe, d'indice de masse corporelle (IMC) ou de facteurs périnataux n'a été trouvée entre les patients et les témoins ; les auteurs ont stratifié les facteurs de confusion possibles, tels que l'utilisation antérieure de probiotiques/antibiotiques, l'utilisation actuelle de médicaments pour le TDAH, la présence de maladies atopiques et de symptômes gastro-intestinaux, dépressifs ou anxieux.
Une étude récente, menée par Szopinska-Tokov et al. 140 ] sur un échantillon néerlandais de 42 adolescents et jeunes adultes atteints de TDAH, a révélé une augmentation significative d'un genre de la famille des Ruminococcaceae. Cependant, dans ce cas, le genre était Ruminococcaceae_UGC_004, qui s'est avéré être associé à des symptômes d'inattention. Cette association n'a pas été affectée par la prise de médicaments pour le TDAH. Szopinska-Tokov et al. a comparé la population TDAH avec deux autres cohortes de patients : le groupe TDAH sous le seuil, composé d'individus qui n'ont pas atteint les critères du TDAH mais qui ont obtenu un score trop élevé pour être considérés comme des témoins sains ; et le groupe témoin, qui comprenait des frères et sœurs non affectés de patients atteints de TDAH, bien que les liens familiaux aient été un facteur pris en compte dans l'analyse statistique. La diversité alpha n'était pas significativement différente entre les groupes, bien que la diversité bêta ait été signalée comme étant significativement réduite chez les patients atteints de TDAH, ce qui était corrélé aux scores d'inattention. L'outil de recherche d'alignement local de base (BLAST) disponible au National Center for Biotechnology Information (NCBI) a été utilisé pour rechercher des similitudes entre les régions protéiques et nucléotidiques. Par conséquent, les auteurs ont trouvé que le genreRuminococcaceae_UGC_004 partageait des séquences avec des espèces microbiennes capables de consommer le neurotransmetteur GABA. La nouveauté de cette étude était de fournir de nouvelles preuves sur le rôle du microbiome intestinal dans les systèmes de neurotransmetteurs liés à la physiopathologie du TDAH, via la similarité entre les séquences biologiques. Cependant, les principales limites de l'étude de Szopinska-Tokov et al. étaient liées à la sélection et à la comparabilité entre les échantillons : aucune information relative au processus de recrutement des échantillons de contrôle et de TDAH sous-seuil n'a été rapportée ; les informations sur le mode de vie et les habitudes alimentaires, qui peuvent avoir interféré avec les résultats, n'ont pas été recueillies par les auteurs ; la prise de médicaments pour le TDAH a été enregistrée par le biais d'auto-déclarations ou de rapports parentaux le jour de la mesure, ce qui aurait pu introduire un biais de rappel.
Prehn-Kristensen et al. 141 ] ont analysé les différences de composition microbienne entre une population allemande de 14 adolescents atteints de TDAH et une cohorte de 17 témoins non apparentés. Aucune différence d'apport alimentaire n'a été trouvée entre les deux cohortes. Un séquençage de nouvelle génération d'ADNr 16S dans des échantillons fécaux a été réalisé. La diversité alpha était significativement réduite chez les patients atteints de TDAH et corrélée négativement avec les niveaux d'hyperactivité. La diversité bêta était également significativement différente entre les deux cohortes, en raison d'abondances distinctes de différents taxons microbiens : au niveau du genre, Prevotella et Parabacteroides ont été détectés comme marqueurs pour le groupe témoin, alors que Neisseriaa été identifié comme marqueur pour le groupe TDAH. Au niveau familial, une abondance significativement plus élevée de Bacteroidaceae a été trouvée dans les échantillons de TDAH par rapport aux témoins. Fait intéressant, la réduction de la diversité alpha a également été observée chez les mères des patients TDAH, mais pas entre les pères des patients TDAH et les témoins. Cette découverte suggère que des altérations de la composition du microbiome pourraient être transmises de la mère aux enfants. Cependant, l'étude de Prehn-Kristensen et al. avait plusieurs limites : premièrement, la petite taille de l'échantillon ; deuxièmement, comme aucune patiente n'a été incluse dans cette étude, il n'a pas été possible d'explorer si le sexe pouvait influencer les différences trouvées ; troisièmement, la plupart des patients atteints de TDAH prenaient des médicaments, qui ont été interrompus 48 h avant d'être testés. Ceci, cependant,142 ]. L'originalité de cette étude était de fournir des preuves en relation avec la transmission verticale des caractéristiques microbiennes. D'autre part, la qualité globale de cette étude a été réduite par le manque de représentativité des échantillons, car tous les patients étaient des hommes et aucune description détaillée n'a été fournie en ce qui concerne les sources à partir desquelles les cas et les témoins ont été recrutés.
Dans une population pédiatrique chinoise, Wan et al. 143 ] ont comparé la composition microbienne d'échantillons fécaux entre 17 patients atteints de TDAH et 17 témoins sains non apparentés à l'aide d'un séquençage métagénomique shotgun. Aucune différence significative dans la diversité alpha n'a été trouvée entre les deux cohortes. Au niveau du genre, Faecalibacterium (famille Ruminococcaceae ) était significativement diminué chez les patients atteints de TDAH, tandis que les concentrations d' Odoribacter (ordre Bacteroidales ) et d' Enterococcus étaient significativement plus élevées. Au niveau des espèces, Bacteroides caccae , Odoribacter splanchnicus , Paraprevotella xylaniphila etVeillonella parvula étaient significativement augmentés dans le groupe TDAH. Les auteurs ont également analysé les voies métaboliques associées aux gènes microbiens qui étaient significativement différentes entre les deux échantillons de patients. Des altérations des gènes codant pour les enzymes impliquées dans les voies synaptiques dopaminergiques ont été trouvées dans le groupe TDAH. Faecalibacterium peut exercer des effets anti-inflammatoires, et leurs niveaux anormaux peuvent conduire à une expression plus élevée de facteurs inflammatoires qui pourraient contribuer à la pathogenèse du TDAH [ 144 , 145 ]. Entérocoquea été signalé comme étant associé à la libération de neurotransmetteurs. Cela pourrait entraîner une conversion intestinale excessive de la lévodopa en DA. Cependant, le DA périphérique n'est pas capable de traverser la BHE pour entrer dans le SNC, réduisant ainsi l'efficacité de la lévodopa [ 146 ]. De plus, des niveaux significativement plus élevés d' Enterococcus ont été trouvés chez des souris dépourvues du transporteur 5-HT, ce qui peut entraîner une diminution des concentrations de 5-HT [ 147 ], un neurotransmetteur également impliqué dans la physiopathologie du TDAH. Les concentrations plus élevées d' Odoribactertrouvé par Wan et al. chez les patients atteints de TDAH étaient conformes à une étude précédente qui avait trouvé des niveaux accrus de ce genre dans le syndrome neuropsychiatrique aigu (PAN) pédiatrique et les troubles neuropsychiatriques auto-immuns pédiatriques associés aux infections streptococciques (PANDAS) [ 148]. Les principales limites de cette étude étaient la petite taille de l'échantillon et le manque d'informations sur la prise de médicaments pour le TDAH. De plus, les auteurs n'ont pas établi d'associations entre les principaux symptômes du TDAH et la composition microbienne. Cependant, la qualité de cette étude est soutenue par sa méthodologie robuste : description détaillée de la procédure de recrutement ; stratification des facteurs de confusion dans les deux échantillons (probiotiques, maladies allergiques, symptômes digestifs ou respiratoires, habitudes alimentaires) ; et l'utilisation du séquençage du génome entier (WGS), qui fournit une estimation beaucoup plus fiable du potentiel fonctionnel du microbiome par rapport au séquençage des sous-unités d'ADNr 16S de séquences génétiques hautement conservées [ 149 ].
Casas et al. 150 ] ont mené une étude cas-cohorte pour étudier l'influence de la diversité microbienne intérieure au début de la vie sur le développement des symptômes d'hyperactivité/inattention. Patients ( n= 226) ont été sélectionnés dans la cohorte de naissance Influence des facteurs liés au mode de vie sur le développement du système immunitaire et des allergies en Allemagne de l'Est et de l'Ouest (LISA). Il s'agissait d'une étude de population dans laquelle des nouveau-nés en bonne santé nés à terme ont été recrutés dans différents hôpitaux en Allemagne et des échantillons de poussière du sol de leurs chambres ont été prélevés à l'âge de 3 mois. La diversité bactérienne et fongique intérieure a été respectivement analysée par séquençage du gène ADNr 16S et séquençage à haut débit. Des métriques de diversité alpha fongiques et bactériennes ont été calculées (richesse, indices de diversité de Shannon, Simpson et Chao1). Le questionnaire sur la force et la difficulté (SDQ) a été utilisé pour évaluer le comportement d'hyperactivité/inattention à l'âge de 10 et 15 ans. Au total, 23 enfants âgés de 10 ans ont atteint les critères du TDAH, alors que ce nombre est passé à 50 individus à l'âge de 15 ans. À l'âge de 10 ans, la richesse bactérienne (nombre de taxons différents) s'est avérée inversement corrélée à la prévalence du TDAH, alors que le nombre d'espèces fongiques était positivement associé à une prévalence élevée. Cependant, à l'âge de 15 ans, seul l'indice de Shannon était significativement associé aux symptômes d'hyperactivité/inattention, directement pour les bactéries et inversement pour les champignons. Par conséquent, cette étude suggère que l'environnement microbien au début de la vie peut être associé au développement de problèmes de comportement pendant l'enfance. Cependant, le sens des associations observées était hétérogène et le design observationnel de l'étude n'a pas permis d'établir une causalité. De plus, les auteurs n'ont pas considéré d'autres facteurs de confusion qui auraient pu influencer les résultats, comme certains modes de vie ou l'exposition aux phtalates. Avec la collecte d'échantillons de poussière à un seul moment (à l'âge de 3 mois), les changements dans l'environnement microbien intérieur au fil du temps n'ont pas non plus été pris en compte. Une limite supplémentaire de l'étude menée par Casas et al. était en relation avec la représentativité de l'échantillon : l'évaluation des symptômes d'inattention/hyperactivité n'était basée que sur les scores obtenus au questionnaire sur les forces et les difficultés (SDQ) rempli par les parents et auto-rempli, ce qui aurait pu introduire un biais de déclaration.
Dans un essai en double aveugle contre placebo réalisé par Stevens et al. 151 ], 17 enfants de sexe masculin atteints de TDAH de Nouvelle-Zélande ont été randomisés pour prendre des gélules contenant un placebo ( n= 7) ou un mélange de vitamines, minéraux et antioxydants (n = 10) pour une durée de 10 semaines. L'objectif était d'étudier l'effet de la supplémentation en micronutriments sur la composition du microbiome fécal humain. Le séquençage de l'ADNr 16S a été réalisé sur des échantillons fécaux prélevés au départ et après la supplémentation. La supplémentation en micronutriments a été associée à des taux de réponse de 50 % contre des taux de réponse de 29 % dans le groupe placebo. La réponse a entraîné une amélioration de la fonction globale, une amélioration de l'attention, de la régulation émotionnelle et de l'agressivité. Cependant, aucune différence significative dans les scores obtenus dans l'échelle d'évaluation globale des enfants (CGAS) ou l'échelle d'évaluation du TDAH-IV (ADHD-RS-IV) n'a été trouvée entre le groupe de traitement et le groupe placebo. Il n'y a pas eu de changements significatifs dans la diversité alpha ou bêta entre le groupe placebo et le groupe micronutriments, bien que les patients recevant des micronutriments aient montré une richesse communautaire accrue après 10 semaines de supplémentation par rapport au placebo. La supplémentation en micronutriments a entraîné une diminution significative du phylum Actinobacterium, en particulier une réduction de 25% de l'ordreBifidobacteriales , qui a été attribuée au genre Bifidobacterium . Cela s'est accompagné de niveaux plus élevés du genre Collinsella . Une corrélation par paires a été détectée entre des scores ADHD-RS-IV inférieurs et une diminution de l'abondance des actinobactéries, ainsi qu'entre des concentrations plus faibles d'actinobactéries et des scores plus élevés dans le CGAS (dans lequel des résultats plus élevés indiquent un meilleur fonctionnement). Les résultats mettent en évidence un effet potentiel de la supplémentation en micronutriments pour moduler l'abondance d'espèces bactériennes probiotiques putatives. Néanmoins, le rôle de Bifidobacterium dans le TDAH est contradictoire. Plusieurs études ont rapporté un effet protecteur de Bifidobacterium longus sur plusieurs troubles neuropsychiatriques, dont le TDAH [136 , 152 ]. Au contraire, Aarts et al. 133] ont trouvé une association entre des abondances plus élevées d'espèces de Bifidobacterium et le TDAH. Ces résultats opposés peuvent expliquer les différences entre les études dans la taille des échantillons, les habitudes alimentaires, l'hétérogénéité diagnostique des troubles neuropsychiatriques et l'interprétation des ensembles de données de composition en général. Les points forts de cette étude résident dans la qualité de sa méthodologie : description détaillée de la procédure de recrutement et des évaluations cliniques et analytiques réalisées auprès des participants ; stratification pour les facteurs de confusion, tels que les habitudes alimentaires et les carences nutritionnelles. Cependant, il convient d'être prudent lors de l'interprétation des résultats, car il s'agissait d'une étude pilote avec un petit échantillon qui ne comprenait que des participants masculins. Les informations sur la prise de médicaments n'ont pas non plus été rapportées par les auteurs.
Dans une étude taïwanaise, Wang et al. 153] ont comparé les compositions du microbiote fécal et les habitudes alimentaires entre 30 enfants naïfs de traitement avec TDAH et une cohorte de 30 témoins sains. Les habitudes alimentaires ont été explorées à l'aide d'un questionnaire de fréquence alimentaire comprenant 49 aliments de huit groupes d'aliments. Les profils microbiens ont été identifiés par séquençage de l'ADNr 16S. La diversité alpha a été évaluée sur la base des indices de Shannon, Chao1 et Simpson. Les enfants atteints de TDAH ont montré des valeurs significativement plus élevées des indices de Shannon et Chao 1, bien que l'indice de Simpson soit significativement plus faible par rapport aux témoins. Aucune différence de diversité bêta n'a été observée entre les deux groupes. Au niveau du genre, le profil microbien était assez similaire entre les patients et les témoins. En effectuant une taille d'effet d'analyse discriminante linéaire (LEfSe), l'abondance relative deBacteroides coprocola était significativement plus faible dans le groupe TDAH, tandis que Bacteroides uniformis , Bacteroides ovatus et Sutterella stercoricannis étaient significativement augmentés. Le genre Fusobacterium était relativement enrichi chez les patients TDAH, tandis que l'abondance relative de Lactobacillus était plus élevée chez les sujets témoins. De plus, les habitudes alimentaires différaient entre les deux cohortes de participants. Les participants atteints de TDAH ont montré une consommation plus élevée de céréales raffinées et une proportion plus faible de vitamine B2 et de produits laitiers. La quantité de S. stercoricannis était corrélée à la consommation de produits laitiers, de noix/graines/légumineuses, de ferritine et de magnésium. B. uniformisétait associée à l'apport en graisses et en glucides, alors qu'aucune corrélation n'a été observée entre B. ovatus et B. coprocola avec aucun des éléments inclus dans le questionnaire de fréquence alimentaire. Une corrélation positive a été trouvée entre les symptômes du TDAH et S. stercoricannis et B. ovatusLe processus de sélection des échantillons a été soigneusement décrit par les auteurs, qui ont également pris en compte certains facteurs de confusion, tels que l'utilisation de probiotiques, d'antibiotiques, de régimes alimentaires particuliers et la présence de comorbidités neuropsychiatriques. Cependant, les principales limites de cette étude ont été trouvées en relation avec la représentativité et la comparabilité des échantillons : les patients TDAH sans comorbidités neuropsychiatriques qui ont obtenu un score inférieur à celui des patients TDAH typiques à l'échelle Swanson, Nolan et Pelham version IV (SNAP-IV) ; et les cas et les témoins qui différaient significativement dans leurs habitudes alimentaires. Ces différences dans le régime alimentaire pourraient avoir été la seule raison des profils microbiens distincts.

Cheng et al. 154 ] ont appliqué l'analyse d'enrichissement d'ensembles de gènes (GSEA) pour explorer les relations potentielles entre le microbiome intestinal et cinq troubles neuropsychiatriques différents : TDAH, TSA, trouble bipolaire, schizophrénie et trouble dépressif majeur. GSEA est capable d'identifier des groupes de gènes qui partagent des fonctions biologiques communes ou ciblent des maladies communes. Les données ont été recueillies à partir d'études d'association à l'échelle du génome (GWAS) accessibles au public du Psychiatric GWAS Consortium. L'ensemble de données génomiques sur le TDAH comprenait 19 099 patients atteints de TDAH et 34 149 contrôles. L'algorithme GSEA a déterminé quels gènes liés au TDAH ou polymorphismes mononucléotidiques ont été enrichis dans les ensembles de données publiés par GWAS du microbiome intestinal humain. Le genre Desulfovibrioet l'ordre des Clostridiales étaient significativement associés au TDAH. Cependant, Desulfovibrio était également associé au TSA, ce qui suggère que l'abondance de ce genre n'était pas spécifique du TDAH. La nouveauté de cette étude consiste à cribler le microbiome intestinal candidat pour des études fonctionnelles ultérieures étudiant le rôle du microbiote intestinal dans la physiopathologie de divers troubles neuropsychiatriques. Les auteurs ont également utilisé des données GWAS au niveau de l'ADN, de sorte que les résultats étaient moins susceptibles d'être affectés par des facteurs environnementaux et diététiques. Cependant, une limitation importante de cette étude était que les ensembles de gènes liés au microbiome intestinal ont été collectés à partir de GWAS précédemment publiés sur le microbiome intestinal, qui sont encore assez rares. Par conséquent, seul un nombre limité d'ensembles de données était disponible pour l'analyse.

(...)

Cliquez => Texte intégral 

Si vous souhaitez le texte intégral en français, veuillez nous contacter via le formulaire de contact (page d'accueil). 

Source : 

Checa-Ros A, Jeréz-Calero A, Molina-Carballo A, Campoy C, Muñoz-Hoyos A. Preuves actuelles sur le rôle du microbiome intestinal dans la physiopathologie du TDAH et les implications thérapeutiques. Nutriments . 2021 ; 13(1):249. https://doi.org/10.3390/nu13010249 
S'inscrire

logo don 16Pensez à faire un don afin que l'association puisse poursuivre ses activités et créer de nouvelles formations pour les jeunes TDAH en difficultés

PAr virement bancaire :

CCP 17-647304-9
IBAN CH47 0900 0000 1764 7304 9
BIC POFICHBEXXX

ou Par Twint en scannant le QR Code ci-dessous :

Toute transaction TWINT en faveur de l'ASPEDAH est anonyme et, est par conséquent considérée comme un don. Afin que nous puissions vous remercier et vous transmettre une attestation de dons pour bénéficier d'une déduction fiscale, nous vous invitions à accompagner votre don d'un message via notre formulaire de contact.

aspedah twint