aspedah email  aspedah phone +41 21 703 24 20 aspedah key espace membre

Projet 7H - Volée 2019-20

25 Septembre 2019
+41 21 703 24 20
Visites: 503

Programme 7H pour 6 familles vaudoises

Image 7H 2019 20 

 

 

Téléchargez le descriptif du projet 7H 

 

 

Envol : 25 septembre 2019

LIEU : LOCAUX ASPEDAH, GRAND-PRÉ 8, 1007 LAUSANNE

Public cible  : Parents et enfant (7h) diagnostique avec trouble du deficit d'attention avec ou sans hyperactivité/impulsivité



Contenus des modules apprenants : 

  • Le Jeu comme modèle d’apprentissage : les apprenants découvriront à travers la métaphore filée du jeu ce que signifie apprendre, comment faire, ce que cela implique et quelles compétences sont mobilisées. 
  • Apprendre en jouant et en se trompant : un jeu comporte des règles qui vont définir les comportements des joueurs. De la même façon, la vie scolaire, et sociale en général regorge de règles qui dictent notre comportement. A un autre niveau, un jeu demande aux joueurs de mettre en place des stratégies. Il est intéressant de noter qu’il existe différentes stratégies pour remporter une partie. Donc, de la même façon que dans une partie de jeu, on peut être plus ou moins agressif, contrôlant, honnête, il existe différentes stratégies de travail pour atteindre un même objectif scolaire. Le jeu présente cet avantage non négligeable de dédramatiser la situation. Il autorise plus l’erreur, puisque comme on le dit souvent : « Ce n’est qu’un jeu ». Ainsi en se servant du jeu, il sera plus facile d’expérimenter, d’essayer, de s’autoriser à se tromper, qui sont autant de compétences importantes en milieu scolaire, mais que l’on peine à réaliser, tant les enjeux scolaires semblent sérieux et importants. Le jeu permet également d’appréhender les émotions, qui sont souvent laissées pour compte dans les systèmes scolaires conventionnels. Il est ainsi possible d’aborder la frustration, la colère, la peur, la joie au travers du jeu, puis de transposer la connaissance ainsi acquise dans le monde scolaire.frustration, la colère, la peur, la joie au travers du jeu, puis de transposer la connaissance ainsi acquise dans le monde scolaire. Notons encore au passage, que la Nature a choisi le jeu comme moyen pédagogique, que les fauves apprennent à chasser en jouant, que les gazelles apprennent à sauver leur peau en jouant et que même les pieuvres jouent pour apprendre. Le propos n’est pas ici de questionner la façon de faire de l’école, mais de se reconnecter à une forme de pédagogie peut-être plus intuitive et naturelle.
  • A la découverte et à l'exploration des émotions. On a trop souvent l’idée que notre cerveau ne sert qu’à réfléchir, analyser, comprendre et mémoriser. Or il est également le siège des émotions et celles-ci jouent un rôle majeur dans le rôle de l’apprentissage. Il arrive également que les adultes ne soient pas à l’aise avec la notion d’émotions et encore moins à l’aise avec leur gestion. Pourtant, chaque émotion exprime un besoin, et tant que ce besoin n’est pas satisfait, l’émotion continue de s’exprimer. On comprend donc bien la nécessité de reconnaitre, accueillir et écouter nos émotions. Si nous n’y prêtons pas attention, nous ne satisferons pas nos besoins, et il sera ainsi beaucoup plus compliqué, voire impossible de rendre notre cerveau disponible pour des tâches intellectuelles. Le film d’animation « Vice et Versa » propose une vision intéressante et bien illustrée du monde des émotions et de son fonctionnement.
  • Donner un sens au travail et aux objets mentaux : afin de ne pas être dans une attitude de « faire pour faire », mais de savoir pour quoi on effectue le travail, il est nécessaire de prendre le temps de redonner du sens aux choses et à ce qui est demandé à l’école. On aborde ici aussi bien la question du « pourquoi » que du « pour quoi ».
  • Travail sur les consignes : la lecture, et la compréhension des consignes est également une compétence clé qu’il est important de développer. C’est la porte d’entrée vers les exercices. Se lancer dans un exercice sans avoir lu la consigne, c’est comme commencer un jeu sans en avoir lu les règles.
  • Représentation mentale du monde : dans tout travail mental, on ne travaille pas avec la réalité, mais avec notre représentation de la réalité. Ce module a pour but de faire prendre conscience à chaque élève de sa façon de se représenter la réalité. Cela se fait sous forme d’exercices ludiques qui font appel à l’imagination et à l’échange entre participants. C’est une façon douce d’aborder la métacognition en se basant sur les travaux d’Antoine de la Garanderie et de Richard Bandler. Cela permet aussi à chaque participant de découvrir que chaque personne fonctionne différemment et aborde ainsi la notion d’identité et de différence. 
  • Gestes Mentaux : les tâches mentales qui sont demandées à l’école et de façon plus générale dans la vie de tous les jours sont toujours les mêmes : attention, réflexion, compréhension, mémorisation et imagination. Dans les 3 modules suivants, nous nous pencherons sur 3 de ces gestes mentaux. Les 2 autres étant bien entendu abordés, mais de façon transversale. Il s’agit par des exercices, des jeux et des échanges d’en comprendre les mécanismes de base, puis de faire des transferts vers les matières scolaires.
  • La réflexion : Que signifie réfléchir, comment ça marche et à quoi ça sert » sont autant de questions auxquelles nous découvrirons les réponses à travers des activités ludiques et des sessions d’échanges.
  • La compréhension : l’une des questions les plus difficile auxquels de nombreux élèves doivent apporter une réponse est : « Mais qu’est-ce que tu ne comprends pas ? ». Question piège à laquelle il est évidemment impossible de répondre. Dans ce module, nous analyserons ce que signifie comprendre, comment comprendre et quels outils utiliser pour améliorer sa compréhension.
  • La mémorisation : l'école demande de mémoriser de nombreuses informations (poésies, tables de multiplications, théorie, règles d’orthographe et de grammaire, etc…). Pourtant rares sont les élèves à qui l’on a enseigné des stratégies de mémorisation. En s’appuyant sur les outils de la compréhension et de l’imagination, nous découvrirons des techniques de mémorisation, concrètes et efficaces.
  • Appropriation des outils en contexte
    • Boite à outils pour les maths : dans un premier temps, on présentera aux élèves l’histoire de nombres, de l’écriture et de la numération. Cela sous forme de conte. Le but étant de dédramatiser les maths, de leur rendre un aspect concret et utile. Puis on verra ensuite comment utiliser les outils découverts dans les modules précédents dans le cadre d’exercices de mathématiques.
    • Boite à outils pour le français  : à travers une discussion on abordera la nécessité du français et du langage plus généralement. A travers la question : « Qu’est-ce que la grammaire ?», les apprenants découvriront la nécessité des règles de français ainsi que l’importance de comprendre les mots rencontrés.
    • Gestion du stress et préparation mentale aux tests et à la vie scolaire en général ce volet clôture la boucle. L’atelier a débuté avec les émotions et se termine avec les émotions. Il récapitule les messages principaux transmis tout au long de l’atelier et les met au service des participants et de leur vie scolaire.


 

Contenus des modules parents : 

  • L’atelier pour les parents reprend la structure de l’atelier pour les enfants et lui fait écho. Il est cependant un peu plus condensé. Il a pour but de donner de outils d’accompagnement aux parents, tant sur le plan émotionnel que sur le plan pédagogique. Il prend en compte les difficultés systémiques auxquelles les familles sont confrontées (partenariat : école-réseau-parents-enfants).
  • Enjeu et mécanismes d’apprentissage : Présentation des divers composants et principes de bases qui permettent l’acquisition des nouvelles connaissances. Explication de certains fonctionnements cognitifs afin de donner du sens aux outils proposés. Cette séance ainsi qu’une partie du reste de l’atelier s’appuie sur les travaux de Stanislas Dehaene, ainsi que sur des études récentes en neurosciences.
  • Une communication efficace : accompagner son enfant dans sa vie scolaire et ses devoirs n’est pas toujours facile car on bascule vite dans une communication très émotionnelle, emprunte de frustration, d’agacement, et parfois de colère. Cette séance a pour objectif de rendre les parents attentifs à ces fonctionnements et à proposer des outils concrets pour mieux les accompagner. Les outils proposés s’inspirent notamment des travaux de Stephen Karpman, Guy Sonnois et Marshall Rosenberg.
  • Gestes mentaux 1 : les parents seront amenés à explorer les notions de représentation mentale et de réflexion. De cette façon les parents reçoivent les mêmes informations que les enfants et seront plus a-même de les aider. Les outils proposés sont issus des travaux d’Antoine de la Garanderie.
  • Gestes mentaux 2 : les parents seront amenés à explorer les notions de compréhension et mémorisation. De cette façon les parents reçoivent les mêmes informations que les enfants et seront plus a-même de les aider. Des outils concrets et facilement applicables seront également proposés. Ils s’appuient entre autres sur les travaux de Toni Buzan.
  • Boîte à outils : Un tour d’horizon de techniques sous forme de « protocoles » ou « recettes de cuisine » pour accompagner son enfant dans les tâches scolaires qu’il rencontre le plus fréquemment, que sont l’apprentissage par coeur, la réalisation d’exercices répétitifs, la confrontation à des consignes pas claires, etc…
  • Gestion du stress et préparation mentale à un test : Ce volet de la formation présente le stress et ses différentes facettes : physiologiques, émotionnelles et affectives et présente de nombreux outils pour l’appréhender. Les techniques utilisées s’inspirent de la cohérence cardiaque, ainsi que du travail de Richard Bandler.
  • Questions – réponses et approfondissements : l'ensemble de la matière étant dense, du temps est prévu pour répondre à des questions précises, approfondir l'une ou l'autre des thématiques ou notions parcourues, selon les besoins et attentes du groupe. 

 


 


Prix : sur demande
Le projet étant en partie financé par le Rotary Lausanne-Rives, seule une participation est à la charge des parents

Dates et horaires : sur demande

Intervenants : 

  • Zack Alder pour les modules apprenants et parents - Stratégies d'apprentissage, enseignement-
  • Daniela Brustolin pour toutes les spécifités propres au TDAH

Paiement :  facturation après admission 

Informations :